Darq, un jeu sombre et torturé

Darq est un jeu sombre avec des énigmes loufoques qui peut se terminer en une soirée.
On y aide Lloyd qui fuit ses cauchemars.

Darq?

On joue Lloyd.
Un étrange enfant ou adolescent qui semble être dessiné par Tim Burton. Ou alors être en phase terminale.
Il vît dans un taudis et décide de dormir.
Sauf que lorsqu’il dort, il fait des rêves étranges où des créatures étranges veulent le tuer.
Vous me direz, pourquoi faire cela?
Et bien, Lloyd semble être enfermé dans cette maison. Par choix (une menace dehors?) ou par force? Mystère.

Le jeu consistera donc à terminer des niveaux (des rêves) en réussissant à s’y extirper.
Mais chaque sortie de niveau demande de remplir des conditions, de bien fouiller le niveau et d’utiliser un paquet d’objets.
Cependant, les objets sont utilisés de manière très étranges. Une montre par exemple pourra servir de pont temporaire. Oui, vous m’avez bien lu.
Donc il va falloir un paquet d’imagination.

Sachant que vous allez pouvoir modifier le sens de la gravité ou autre. Le jeu ne vous expliquera absolument rien mais c’est ce qui fait sa force. On arrive donc à réfléchir et à imaginer ce que l’on doit faire ou autre pour avancer.

Unfold Games

Au passage, j’ai deux critiques à faire sur le jeu. C’est positif et négatif.

Tout d’abord, il ne dure que quelques heures. Ce qui en soi n’est rien mais je trouve que l’acheter à 15 euros sur Steam ne vaut pas le coup.
Cependant il était gratuit sur Epic Games et puis 15e dans le poche d’un studio indépendant, c’est beaucoup plus utile que dans une multinationale, non?

Mais par delà cela, il a été conçu par Unfold Games, c’est à dire à 90% par une seule personne.
C’est un jeu indie qui mérite donc d’être respecté pour cela. Wlad Marhulets qui est aussi un compositeur!
Je n’oserais pas me comparer à lui mais quand je vois la galère de faire un jeu sur RPG Maker, je n’imagine pas le boulot qu’il a du faire pour la musique, l’ambiance visuelle, la gravité, le gameplay, l’imagination etc… aha.

Qui sait, cela l’aidera à financer d’autres jeux bien plus longs et tortueux?

La fin de Darq?

On ne sait pas trop ce qui arrive à Lloyd. Il franchit une gigantesque porte à la fin du jeu et on entend le cri d’un bébé qui vient de naitre.

Est-ce une métaphore de la naissance? Lloyd vît dans un taudis (le ventre de sa mère) et tente de s’enfuir et réussit donc à naître? Cela signifie t’il que sa mère cherchait à avorter?
6 niveaux pour 6 mois dans son ventre?
Une vieille femme en chaise roulante qui semble être sa mère ou un autre membre de sa famille le poursuit souvent.
Et elle doit être une partie de la réponse pour cette question.

Ou peut-être une métaphore sur la réincarnation?
Lloyd a fuit une vie difficile pour être réincarné? Ou a t’il obtenu l’accès au paradis?

C’est un jeu un peu comme un Silent Hill.
Dans le sens où les monstres sont étranges et doivent être des représentations de la vie réelle comme dans Silent Hill.
Surtout que lors d’une entrée dans un rêve, la vieille femme semble le charger dans la réalité.
Je pense sincèrement que l’appartement en question est soit une métaphore pour le ventre d’une personne, soit une autre sorte de subconscient.
D’ailleurs, chaque niveau doit avoir une symbolique, était-ce la rue où il vivait? L’hôpital où il a été admis?

Au début, je pensais que l’on vivait dans son subconscient (et qu’il était dans le coma vu que l’on voit souvent des objets médicaux). Mais les lampes ou les trombones je crois veulent nous tuer avec la vieille.
Pourquoi? Est-ce que cette femme le battait avec les objets que l’on rencontre?

L’enfant sauvage dans Darq?

Je pense que Lloyd avait un grand frère ou un petit frère.
On rencontre souvent un enfant sauvage avec un masque (cela entraine des jumpscares). Cet enfant semble fuir et j’avoue que je ne sais pas quel sens donner à cela.
Est-ce un frère né avant Lloyd qui a déjà pris le même chemin? Ou est-ce au contraire, un frère qui est mort sous les coups de la vieille?

Mais si on joue un individu dans le coma qui décède de son cancer, mystère. Serait-ce l’inconscient de notre héros? Une vie difficile et tourmentée avant de mourir du cancer? Aie.
Cela pourrait expliquer le jeu en soi? Peut-être que Lloyd a sauvé l’enfant sauvage dans la réalité mais que lui même a été condamné, touché et mis dans le coma?
Je pense que si la vieille femme en chaise roulante est une pièce importante du puzzle, l’enfant sauvage doit l’être aussi.

Dans cette optique, est-ce peut être pour cela que l’on entend le cri d’un bébé à la fin. Il obtient le droit d’être réincarné ou d’aller au Paradis pour ses bonnes actions?
J’imagine que c’est le genre de jeu avec une fin ouverte où chacun imagine sa propre symbolique et quelque part tant mieux!

Darq, un jeu ouvert

Le monde n’est pas ouvert mais je trouve que Darq apporte une petite brise dans le monde des jeux vidéo.
On est souvent de nos jours, tenu par la main, en terme de gameplay ou de scénario.
Pas d’explications, pas de dialogues ou autre. Le jeu nous laisse trouver notre voie pour le gameplay et imaginer la symbolique de la fin pour le scénario.

𝗦𝘂𝗶𝘃𝗲𝘇 𝗺𝗼𝗶 𝘀𝘂𝗿 𝗺𝗲𝘀 𝗿𝗲́𝘀𝗲𝗮𝘂𝘅 𝘀𝗼𝗰𝗶𝗮𝘂𝘅 𝗹𝗲𝘀 𝗞𝘂𝗽𝗼𝘀! 𝗦𝗶𝗻𝗼𝗻, 𝗰𝗲 𝘀𝗲𝗿𝗮 𝘁𝗰𝗵𝗶-𝘁𝗰𝗵𝗶 (𝗽𝘂𝗶𝘀 𝗹𝗮 𝗺𝗼𝗿𝘁)!

Laisser un commentaire

par Anders Noren.

Retour en haut ↑

Je suis en ligne sur Twitch, clique! Je suis en ligne sur Twitch, clique!
%d blogueurs aiment cette page :