Daemon X Machina

Daemon X Machina est un jeu qui a su me convaincre grâce à sa cinématique d’ouverture aha!
On joue un pilote de mécha qui fait parti de la dernière ligne de défense de l’Humanité!

Le Scénario de Daemon X Machina

Daemon X Machina est une histoire post-apocalyptique.
La Terre a subit de très lourds dégâts. Un morceau de la Lune est littéralement tombé.
Ceux qui ont survécu aux débris lunaires ont peut-être décédé suite aux particules Femto.
Mais ces mystérieuses particules ont réussi à rendre les intelligences artificielles indépendantes.
Depuis ces dernières attaquent sans cesse l’Humanité avec des machines (tanks, avions, méchas etc…).

On joue un Outer.
Un individu qui pilote un mécha et protège l’Humanité. Mais aussi un être capable de manipuler les particules Femto (ce qui en terme de gameplay permettra d’invoquer un clone temporairement par exemple).

On doit défendre l’Oval Link. Un lieu sans cesse attaqué par les Intelligences Artificielles (cela à une logique à la fin du jeu).
Cependant, l’Humanité est divisé entre plusieurs factions qui passent leurs temps à se saboter et à s’espionner. Car oui, le Femto est un peu comme le nouveau pétrole. Cela influence fortement la géopolitique des survivants.
Oui, même si l’Humanité est en danger…

Même si le scénario me plait, je trouve que le jeu gère mal son histoire.
Le premier 1/4 de l’histoire, on découvre le monde disons. On est un mercenaire qui ne cessera de rencontrer des mercenaires! Ils sont tous dirigés par Four, une intelligence artificielle (une excellente idée vu le contexte de ce jeu, hein?).
Durant le 2-ème quart de l’histoire, les héros commencent à se douter suite à des incohérences en mission.
Malheureusement durant le 3ème quart, on se retrouve avec des mercenaires qui affrontent des mercenaires. Personne ne meurt mais nos alliés sont vraiment idiots.
Au lieu d’être raisonnables et de discuter, ils s’affrontent sans cesse.

Alors durant le dernier quart du jeu, les personnages vont tomber les uns après les autres comme des mouches! Je suis encore mitigé sur la fin du jeu (je ne suis pas sûr de bien avoir compris) mais sachez que vous allez avoir accès à deux fins très différentes.
Par exemple, je pensais que l’Humanité survivait dans les remparts de l’Oval Link mais à la fin du jeu, j’apprends que non!
Et c’est dommage car malgré sa ribambelle de personnages clichés (je pense à Savior ahaha), le jeu aurait pu mieux gérer son histoire justement!

Le Gameplay de Daemon X Machina

J’apprécie beaucoup ce jeu.
On avait droit à un vrai panel d’armes et d’armements. Personnellement, j’ai choisi de jouer un mécha très résistant mais n’étant pas rapide ou endurant.
De même pour les armes. Il y’avait d’excellentes armes très variées.
J’ai pris le canon à acide, le bazooka et le canon dorsal. En gros, je suis un tank sur pattes qui détruit les masses d’ennemis. Voire même les méchas mais ils ont tendance à bouger trop vite vers la fin du jeu.
Après, je galérais à viser mes ennemis donc des explosions massives qui abiment bien, c’était ma meilleure option. Surtout qu’a chaque impact, je gêne mes adversaires et je peux donc les enchainer!

On peut vraiment personnaliser son mécha (mais aussi son personnage). Si vous voulez avoir un type avec une lame dans chaque main ou alors un fusil à pompe et un sniper etc… Le choix est vraiment intéressant. Personnellement, je jouais un mécha digne du Tallgeese de Gundam Wing aha.
Les pièces peuvent surement permettre de faire des méchas ressemblant à ceux de Gundam, Macross ou autre!

Daemon X Machina ressemble à un Dynasty Warriors. En gros, vous avez une mission et vous allez devoir décimer des machines (qui ne feront pas le poids contre vous). Cependant, des méchas adverses seront dignes des héros de Dynasty Warriors et donneront des combats bien sympathiques.
A part les lasers géants, je ne pense pas que vous pouvez perdre contre les Intelligences Artificielles de base (drones, tanks, etc…).

L’écran de combat par contre est ultra rempli. Entre la minimap, les barres de vies, de Femto, d’endurance etc… Ah en plus, les autres personnages sont vraiment bavards donc c’est dur de tout suivre et comprendre aha! Puis je parle même pas des explosions à l’écran, des chiffres de vos dégâts et de plein d’autres choses.
C’est dur mais on peut s’y adapter!

A la fin du jeu, mon gameplay était très simple. Trouvez des objets et les balancer sur les adversaires.
Vous rigolez mais cela était particulièrement efficace contre le boss final.

Des missions historiques et des missions libres

Le jeu aura quand même des missions sur différents types de cartes.
Au moment où les missions commençaient à se ressembler, on a des missions contre des boss (des gros méchas). Mais aussi des missions d’escortes, voire même d’infiltration.
J’ai bien aimé les dernières qui sont innovantes et changent un peu le rythme du jeu.

Et justement, vous pouvez sauvegarder des sets de méchas disons.
Vous avez besoin d’un mécha rapide ou au contraire, d’un mécha sniper? On peut garder 15 sauvegardes en terme d’objets ou autre pour nos missions.
D’ailleurs les missions contre les boss sont plutôt sympa et nécessitent de bien les gérer durant leurs différentes phases.

En plus, plus vous faîtes de missions et plus le jeu vous récompense (en nouvelles couleurs pour votre armure ou avec des motifs par exemple) en dehors des loots d’équipements.
En multijoueur, vous trouverez toujours des joueurs.
Surtout des pseudos japonais qui recommencent pour obtenir la statistique parfaite (leurs méchas sont hors du commun). C’est d’ailleurs grâce à eux que j’ai pu voir que tout type d’armes ou d’armures est viable dans Daemon X Machina.
Il y’a même un mode PvP héhéhé.

J’apprécie aussi que l’on puisse faire appel à des amis mercenaires pour les missions libres.
D’ailleurs, cela me fait rire mais même en faisant les missions de type A (on commence au rang E), on est toujours qualifié de « Rookie » ahaha.
Même après la cinématique de fin du jeu!

𝗦𝘂𝗶𝘃𝗲𝘇 𝗺𝗼𝗶 𝘀𝘂𝗿 𝗺𝗲𝘀 𝗿𝗲́𝘀𝗲𝗮𝘂𝘅 𝘀𝗼𝗰𝗶𝗮𝘂𝘅 𝗹𝗲𝘀 𝗞𝘂𝗽𝗼𝘀! 𝗦𝗶𝗻𝗼𝗻, 𝗰𝗲 𝘀𝗲𝗿𝗮 𝘁𝗰𝗵𝗶-𝘁𝗰𝗵𝗶 (𝗽𝘂𝗶𝘀 𝗹𝗮 𝗺𝗼𝗿𝘁)!

Un commentaire sur “Daemon X Machina

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

par Anders Noren.

Retour en haut ↑

Je suis en ligne sur Twitch, clique! Je suis en ligne sur Twitch, clique!
%d blogueurs aiment cette page :