L’affaire de Nazino, le « battle royale » soviétique

En 1933, a eu lieu sur l’île de Nazino, un Battle Royale touchant plus de 6000 personnes, malheureusement, ce n’était pas un jeu mais la réalité.
Les gens pensent souvent que les Battle Royale ne sont présents que dans les films ou les jeux vidéo.
Et bien, ce n’est malheureusement pas le cas et l’affaire de Nazino va vous le prouver.

Un Battle Royale, c’est quoi?

Oui, je me rends compte que le Dailymoogle est aussi lu par des personnes ne jouant pas aux jeux vidéo.
Donc, je me dois déjà d’expliquer le terme Battle Royale.
Si vous voulez, dans les jeux vidéo, un Battle Royale est un jeu où tous les joueurs s’affrontent (seuls ou avec équipes) jusqu’au dernier survivant. On peut ramasser les armes (et les ressources) des joueurs morts.
Et on peut ainsi être bien équipé pour la fin de partie.
Fortnite, Apex Legend, Dayz etc… sont des Battle Royale.
Bien entendu, cela nécessite des dizaines de joueurs (voire une centaine) pour être considéré comme un Battle Royale et non pas un Deathmatch (match à mort).

Donc un peu comme l’article sur Leo Major, j’ai voulu parler d’un fait historique réel qui est loin d’être aussi sympa que ce style de jeu que l’on adore.

Comment l’Union Soviétique en est arrivé là?

Après l’explication sur le terme Battle Royale, je dois expliquer le contexte historique.
Car non, Staline ne s’est pas levé un matin en se disant allant créer le premier Battle Royale!
Enfin maintenant que j’y pense, le colisée est une forme de Battle Royale, non? Enfin bref, reprenons l’affaire de Nazino en main.

L’Union Soviétique avant d’être l’un des pays les mieux industrialisés de la planète était un ensemble de pays fortement agricoles.
Entre donc l’industrialisation forcée et la politique de collectivisation (en gros, on détruit la propriété individuelle pour faire des fermes étatiques et on réquisitionne les ressources), l’URSS a fait un bon de géant en terme d’industrie et de « modernisation ».
Cependant, cela a forcément des conséquences car énormément de personnes se retrouvent sans emplois voire même sans domicile fixe. Et donc ils affluent énormément dans les villes industrialisés pour obtenir un emploi et avoir un gagne-pain.

L’Union Soviétique considérait les personnes non-actives comme de simples parasites (comme quoi il peut y’avoir des points communs avec le capitalisme aha). Et comme il y’en avait énormément dans les villes comme Moscou, elle décida donc de les utiliser en les envoyant en Sibérie ou autre. D’où les célèbres goulags.
Le pire étant que si par malheur, vous étiez arrêté sans vos papiers (oubliés, perdus ou autre), c’était direction le goulag.
Même sans avoir commis aucun crime. Il se peut qu’un père de famille allant acheter du lait ne soit jamais revenu à cause de ça!


Et donc en 1933, 6000 personnes ont été déportés sur l’île de Nazino. Une île située à côté du village de Nazino.
Pas pour vivre en soi sur l’île en question mais en attendant d’être redéployés vers l’Est, dans le fin fond de la Sibérie.
Rien que pendant le trajet, une trentaine de personnes sont mortes.

L’Affaire de Nazino

Nazino est une petite île à côté du fleuve Ob. Rien à voir avec les Nazis.
Une île où en Mai (ils ont été déportés en Mai 1933), il peut faire entre 2 et 18 degrés Celsius pendant la journée.
Et ensuite cela devient négatif pendant la soirée.

Pour se nourrir, on leur donne 450 grammes de farine. En gros, cela revient à 8 tranches de pain à farine de seigle de Jaquet (non, l’article n’est pas sponsorisé ahaha).
Mais attention, j’ai dis 450 grammes de farine.
Les déportés n’ont ni feu, ni outil, ni four, ni rien du tout. Contrairement à Fortnite, ils ne peuvent pas créer ou aménager l’île. Enfin des feux de camps mais comment cuire son pain sans ustensiles (et sans se le faire voler).

Rien que la première nuit, 300 personnes environ décèdent à cause de la neige. Oui, ils n’ont pas de vêtements spéciaux ou de rechange.
Que se passe t’il dans ce genre de conditions? Et bien la barbarie mes amis.
Et c’est assez triste car ce qui était un « aménagement autoritaire » du territoire (on transfère le surplus de l’Ouest vers l’Est) est devenu une affaire effroyable.

Le Battle Royale de Nazino

Pendant un mois, les déportés vont se battre entre eux et contre la mort.
Les morts seront dépouillés (mais qui peut leur en vouloir).
Et les déportés vont d’abord se battre pour les rations de farine. D’ailleurs, une bonne partie tombera malade en mélangeant la farine avec l’eau du fleuve.
Donc au départ, les gens tentent de se nourrir avec des animaux (lapins), des plantes etc…
Certains mangent même les racines des arbres (est-ce comestible?).

Certains tenteront de fuir par le fleuve Ob pour aller vers de meilleures contrées.
Mais ils seront abattus par les gardes ou vont mourir noyés.
Ce qui va convaincre les autres déportés de ne pas fuir, ce sont les mitrailleuses qui pouvaient tous les abattre si jamais ils s’enfuyaient tous en même temps.

Les combats deviennent donc des combats à morts. La plupart des 6000 déportés étaient des personnes sans toits ou emplois.
Pas de vrais criminels.
Mais parmi eux se trouvent les pires crapules de l’Union Soviétique.
Pour vous donner une idée, c’est comme si un individu qui a grillé un feu rouge, se retrouvait avec un serial killer.
Ils vont donc avoir la bonne idée de former des groupes.
Cela me rappelle un peu Squid Game.
Sauf qu’a la fin, le survivant a au moins « une immense récompense en terme d’argent ». Là, rien.
Oui, les groupes s’affrontaient pour les différents feux de camps présents.
Il faisait tellement froid que certains mouraient brûlés en dormant trop à côté du feu de camp.

Cela va donc tourner aux meurtres et même aux viols. Puis à la nécrophagie… sauf que les corps sont froids et gelés donc cela va tourner au cannibalisme (enfin la nécrophagie étant déjà du cannibalisme) car les corps sont encore chauds. Car oui, de peur que le corps devienne froid, ils vont manger des personnes qui sont toujours vivantes en leur coupant les membres, petit à petit.

Conclusion

Cette expérience n’aura durer que 3 mois.
Pourtant, plus de 4000 personnes auront trouvé la mort tandis que les survivants seront devenus bien pires. Certes, ils ont survécu mais à quel prix?
Pas pour rien que cet endroit est encore surnommé Ostrov lioudoedov, l’île aux cannibales en russe. Les habitants de Nazino a l’époque ont subi des pertes mais à présent, les habitants de la région évitent tous cette île car elle serait hantée (décidément!).

Ainsi, les survivants ont soit été fusillés soit ils ont été déportés en Sibérie.
Et ce malgré ce qu’ils avaient du endurer sur l’île aux cannibales. 89 ans après, Dieu merci, les seuls Battle Royale que nous connaissons sont des jeux ou des films (pour le moment?).

Rejoignez les 8 460 autres abonnés
𝗦𝘂𝗶𝘃𝗲𝘇 𝗺𝗼𝗶 𝘀𝘂𝗿 𝗺𝗲𝘀 𝗿𝗲́𝘀𝗲𝗮𝘂𝘅 𝘀𝗼𝗰𝗶𝗮𝘂𝘅 𝗹𝗲𝘀 𝗞𝘂𝗽𝗼𝘀! 𝗦𝗶𝗻𝗼𝗻, 𝗰𝗲 𝘀𝗲𝗿𝗮 𝘁𝗰𝗵𝗶-𝘁𝗰𝗵𝗶 (𝗽𝘂𝗶𝘀 𝗹𝗮 𝗺𝗼𝗿𝘁)!

Laisser un commentaire

par Anders Noren.

Retour en haut ↑

Je suis en ligne sur Twitch, clique! Je suis en ligne sur Twitch, clique!
%d blogueurs aiment cette page :